cobuzzati-uvDino Buzzati n’y connaissait rien au vélo. Et c’est pourtant lui qu’envoie le Corriere della Sera pour couvrir le Tour d’Italie 1949 et suivre le duel attendu par tout un pays entre le “ vieux lion ” Gino Bartali et Fausto Coppi, un duel épique entré dans la légende du sport.

L’auteur du Désert des Tartares, du K, véritable reporter dictant ses papiers à la fin des étapes, convoque Hector et Achille, imagine un dialogue entre deux chèvres regardant passer le peloton ou, tel un béotien, s’intéresse aux pédales – “ Quand l’une est en haut, l’autre est en bas et chacune veut imiter l’autre ”– et à Serse Coppi, le frère méconnu. Buzzati décrit l’Italie d’après-guerre, une botte encore rougie par les braises du fascisme, et les Italiens du bord des routes qui n’ont d’yeux que pour les deux champions : Gino le Toscan, le pieux, le conservateur réfugié́ au Vatican pendant la guerre, qui puise dans sa foi l’énergie pour gravir les montagnes ; et son inverse, le Campionissimo, piémontais, moderne, cartésien, progressiste, pas religieux pour un sou. Bartali est petit, Coppi est élancé. Ce sont les deux visages de l’Italie, comme l’écrira Malaparte.

L’écrivain, déjà reconnu, ne singe pas les journalistes sportifs, il chronique ce Giro à sa manière unique, avec des angles inhabituels, nous livre le récit d’une épopée plus grande que le sport, nous conte une péninsule qui oublie son quotidien avec ce merveilleux prétexte qu’est son tour à vélo.

Un texte qu’on ne peut lire sans émotion ni passion, et qui a toute sa place dans l’œuvre de Dino Buzzati.
Dino Buzzati, est bien sûr l’auteur de l’un des grands classiques du XXe siècle, Le Désert des Tartares, d’un recueil fameux de nouvelles, Le K, ou encore d’un succès de littérature jeunesse, La Fameuse Invasion de la Sicile par les ours. Il était également peintre, et surtout journaliste au Corriere della Serra, un métier qui l’a influencé dans sa quête, à partir du quotidien, de l’insolite, voire du fantastique.